Michael Mann

Michael Mann : une biographie

S'il n'est pas à l'origine du concept de la série, Michael Mann est sans conteste l'homme-orchestre grâce auquel elle a pu se démarquer et se forger une identité visuelle unique en son genre.

Rétrospectivement, il est facile de comprendre pourquoi le scénariste et réalisateur s'est autant investi dans la création de Deux flics à Miami : à l'époque, Michael Mann n'est connu que des cinéphiles et des fans attentifs de séries télé, qui auront remarqué sa présence à divers postes sur des shows policiers des années 70. Miami Vice, c'est tout simplement le moment où le nom du metteur en scène, non pas showrunner mais producteur exécutif, arrive sur le devant de la scène et dans la mémoire du grand public.

Avant cela, Michael Mann est passé par un apprentissage studieux et enrichissant du cinéma. Né en 1943 à Chicago, le jeune Michael, encouragé par ses parents, un couple de modestes épiciers, se révèle un brillant élève. Il entame des études de littérature à l'Université du Wisconsin, où il décroche un premier diplôme et manifeste un intérêt certain, qui lui sera bientôt caractéristique, pour l'architecture. Mais Mann a déjà été contaminé par le virus du septième art. Docteur Folamour (Stanley Kubrick, 1964) et La rue sans joie (G.W. Pabst, 1925), notamment, ont eu sur lui un énorme impact, l'équivalent d'une révélation : il veut devenir réalisateur.

Pour achever ce rêve, et aussi échapper à la conscription envoyant les jeunes de sa génération au Viêtnam, il s'inscrit à la London International Film School. Mann passera au total sept ans en Angleterre, dans une période (les années 60) propice à la création, une époque fertile pour le cinéma britannique qui accueille de nouveaux cinéastes atypiques, tels que Tony Richardson, Karel Reisz ou Ken Russell. Durant ce séjour, Mann fait ses premières armes, comme ses contemporains Ridley Scott et Alan Parker, sur des spots publicitaires, ainsi que des documentaires. Il part à Paris couvrir les événements de mai 68, puis réalise un court-métrage, Janpuri, pour lequel il remporte son premier prix au festival de Cannes.

Les années d'apprentissage

En 1971, de retour aux USA, il prend la route, et traverse le pays avec une petite équipe : le résultat se nomme 17 days down the line, et montre une galerie de travailleurs américains, dans un style documentaire déjà empreint de l’esthétisme et de la maîtrise qui feront plus tard sa réputation. A 30 ans, Mann est déjà un technicien accompli et un artiste en devenir à la forte personnalité. Il débute cependant un nouvel apprentissage en s’installant à Hollywood, où il parvient à se faire embaucher pour écrire des scénarios de séries télé. Parmi les plus célèbres : Starsky et Hutch, Police Woman, Police Story, ainsi que Vega$, dont il est créateur, mais qu’il désavouera rapidement. Son travail lui permet d’enchaîner rapidement avec un projet alléchant : l’adaptation du roman d’Edward Bunker, Aucune bête aussi féroce, sur la dure vie des détenus de Folsom, et leur impossible réinsertion.

Même s’il ne réalise pas le film Le récidiviste (Ulu Grosbard, 1978), où figure en tête d’affiche Dustin Hoffman, Mann va pouvoir se servir de son travail de préparation – il a passé trois mois à enquêter sur la prison de Folsom et à en rencontrer les détenus – sur son premier long-métrage, le téléfilm Comme un homme libre (1979). Cette histoire carcérale d’un coureur de fond emprisonné à vie, dont la possible sélection pour les Jeux Olympiques ébranle les certitudes et les habitudes de son pénitencier. Tourné dans un style vériste et sec, avec des acteurs lâchés dans une vraie prison, des gardes protégeant l’équipe et des détenus violents en guise de figurants (l’un d’entre eux sera assassiné quelques jours après la fin du tournage), Comme un homme libre reçoit après sa diffusion une pluie de récompenses, dont l’Emmy Award du meilleur scénario pour Michael Mann. Sa carrière est désormais bien lancée.

Le « mode opératoire » de Michael Mann, qui consiste à s’immerger en profondeur dans le monde qu’il dépeint, à tout lire sur le sujet et à rencontrer le plus de « témoins » possibles pour en restituer à l’écran, la stricte véracité, prend tout son sens avec Le solitaire (1981), interprété par James Caan et Jim Belushi. Ce drame policier sur le monde des braqueurs, dont le héros est un perceur de coffres d’exception, respire l’authenticité, de véritables braqueurs ayant formé James Caan au maniement de leurs « outils ». Le solitaire est aussi un manifeste visuel, signe que Mann est autant un conteur attentif qu’un esthète accompli. Dès le début des années 80, il préfigure le style coloré, léché et maniéré de la décennie à venir.

La réussite, discrète mais bien réelle, de ce premier opus qui ne fait que se bonifier avec les années, permet à Michael Mann de mettre en branle une production plus ambitieuse, éloignée cependant de son univers « réaliste ». La forteresse noire (1983) est en effet un mélange osé de film de guerre et de film d’horreur, situé dans la Roumanie occupée par les Nazis, et interprété par Ian McKellen, Gabriel Byrne et Scott Glenn. Cette histoire de Golem réveillé par les forces SS au fin fond d’une forteresse se révèle assez confuse, malgré des effets spéciaux et une direction artistique spectaculaires. Atypique, quasi-philosophique, le film a en effet été complètement remonté et raccourci par ses producteurs, faisant de cette expérience un amer souvenir pour Michael Mann.
 

James Caan dans Le Solitaire (1981)
James Caan dans Le Solitaire (1981)

Réussite à Miami

Le cinéaste va rebondir, et d'une manière spectaculaire, en acceptant de devenir le producteur exécutif du show imaginé par Anthony Yerkovich, Miami Vice. C'est Mann qui va définir le cahier des charges esthétique de la série : omniprésence des tons pastels, des filtres bleutés, choix de costumes et de voitures venues quasi-exclusivement d'Europe, mise en avant de maisons cossues à l'architecture post-moderne (qui contribuera à donner de Miami une image totalement fantasmée, reprise entre autres par des jeux comme GTA : Vice City)… Le montage « clippesque », branché façon MTV, était avant tout l'idée des producteurs de NBC. Mais la haute tenue visuelle et narrative de la série, on la doit à Mann, qui sera surtout aux manettes lors des deux premières saisons.

Le cinéaste a en effet d'autres engagements, telle cette adaptation du roman de Thomas Harris, Dragon Rouge, où est créé le personnage du docteur Hannibal Lecter. Renommé Manhunter (et Sixième Sens, 1986, en France), le film sera un échec financier à sa sortie, mais il a plus que passé l'épreuve du temps. A l'instar de Police Fédérale Los Angeles, dont le héros est interprété par le même acteur (William Petersen, future star des Experts), Sixième sens est un thriller qui synthétise en même temps qu'il les sublime tous les excès des années 80, dont l'énergie souvent factice masque un profond malaise existentiel. Le profiler de Sixième Sens, qui poursuit un serial-killer insaisissable et cruel, est, tout comme Mann, habité et obsédé par son métier, au point d'y perdre parfois la raison. Remis en lumière par le remake (navrant) dont il a fait l'objet et par la « saga » Lecter, Sixième Sens est une réussite incontestable et fascinante.

Mann sera finalement peu productif dans les années 80 au cinéma : Miami Vice l'accapare beaucoup, tout comme la série qu'il crée dans le même temps, Les incorruptibles de Chicago. Bien moins connue, celle-ci fait le pari de faire à la fois un show rétro (nous sommes dans les années 60), épique et feuilletonnant. Le metteur en scène est en avance sur son temps : programmée n'importe comment, la série est annulée au bout de deux saisons, bien qu'elle soit supérieure à nombre de programmes diffusés à l'époque. La décennie se termine pour Mann sur un galop d'essai, une adaptation télévisée, quelque peu fauchée, d'un script qu'il a écrit en 1979, consacré au duel entre un braqueur d'élite et un flic pugnace, en plein cœur de Los Angeles. Le résultat, LA Takedown, est si décevant que le réalisateur préfère l'oublier. Il retentera sa chance, avec l'aide d'un casting royal et d'un budget plus conséquent.
 

William Petersen dans Sixème sens (1986)
William Petersen dans Sixème sens (1986)

La décade prodigieuse

Dans les années 90, les activités de Michael Mann se sont diversifiées, et on retrouve son nom au générique d'une série de téléfilms, Drug Wars, qui vont être de grands succès d'audience, en plus de révéler un acteur qu'on reverra plus tard dans le même univers de la guerre des drogues au Mexique : Benicio del Toro. Là aussi, les deux téléfilms remportent plusieurs statuettes aux Emmy Awards. Côté cinéma, Mann travaille d'arrache-pied à l'adaptation du célèbre roman de Fenimore Cooper, Le dernier des mohicans (1992). Cette épopée au romantisme échevelé, à la sauvagerie lyrique, est le premier grand succès populaire sur grand écran du cinéaste, qui s'est surpassé dans l'évocation d'une Amérique d'avant la conquête de l'Ouest (l'histoire se déroule en 1757). Inspiré par les peintures de Thomas Cole, et l'ouvrage en 30 volumes North American Indian Handbook, Mann dépeint comme nul autre une époque mal connue, où la colonisation se heurte à une Nature hostile et à un peuple en harmonie avec elle. Porté par un Daniel Day-Lewis qui s'est investi corps et âme dans le rôle, et par Madeleine Stowe, Le dernier des Mohicans fait l'unanimité dès sa sortie.

Que dire alors de la grande œuvre suivante, celle que Michael Mann porte en lui depuis quinze ans ? En choisissant Al Pacino et Robert de Niro, qui ne se sont jamais rencontrés à l'écran (ils ne partagent aucune scène dans Le Parrain II), et qui portent en eux toute une histoire du film policier (ils ont interprété à la fois les truands et les flics les plus célèbres du cinéma, d'Al Capone à Serpico en passant par Michael Corleone et Tony Montana), Mann ne pouvait pas rater Heat (1995). Aboutissement de toute une carrière pour certains, cette fresque de trois heures, d'une précision estomaquante à tous les niveaux, ne doit rien au hasard. Qu'il choisisse de tirer à balles réelles dans une avenue de Los Angeles fermée pour l'occasion, qu'il fasse inverser la rotation des avions dans un aéroport pour les besoins d'une scène ou qu'il choisisse une maison art déco en bord de mer pour souligner la solitude du truand, Mann sait quel effet obtenir, aidé il faut le dire par un casting fabuleux : Val Kilmer, Jon Voight, Ashley Judd, Tom Sizemore, Danny Trejo, William Fitchner… Ils sont trop nombreux pour être cités, mais contribuent chacun à leur niveau à la réussite exceptionnelle de ce classique moderne du polar.

Ami de longue date du producteur Lowell Bergman, dont l'émission 60 minutes est considérée comme ce qui se fait de mieux en matière de journalisme d'intégration, Mann s'intéresse ensuite rapidement à une histoire de reportage censuré sur les dessous de l'industrie du tabac. Il va y trouver la matière pour son nouveau film, Révélations (1999), un drame inhabituel pour lui, mais qu'il investit de son souci maniaque de retranscrire « la vérité », à la fois sur le conflit intérieur de l'employé qui a dénoncé les pratiques de son entreprise, Jeffrey Wigand, et sur le journaliste Mike Wallace, qui s'est retrouvé confronté à la censure de ses patrons. Russel Crowe et Al Pacino endossent le costume de ces deux personnages réels, dont les combats respectifs ont ébranlé un lobby tout-puissant dans les années 90. Aidé de son fidèle chef opérateur Dante Spinotti, Michael Mann réussit là encore à explorer les tourments intérieurs de ses personnages comme personne, faisant par exemple d'une simple partie de golf un sommet de tension paranoaïaque.
 

Michael Mann avec Robert De Niro et Al Pacino sur le tournage de Heat (1995)
Michael Mann avec Robert De Niro et Al Pacino sur le tournage de Heat (1995)

Plongée dans le digital

Cette année-là, le réalisateur manquera de peu l’occasion d’être enfin récompensé aux Oscars, le film récoltant sept nominations, mais ne gagnant aucune statuette. Qu’à cela ne tienne, la période faste de Mann est loin de toucher à sa fin : il le prouve deux ans plus tard avec la sortie d’Ali (2001), qui va à l’encontre des traditionnels « biopics » dont raffole Hollywood. S’il s’attache à raconter l’histoire du légendaire boxeur Cassius Clay, aka Muhammad Ali, Mann le fait sous un angle avant tout sensitif : il s’attache à une seule période de la vie de l’athlète (de 1964, où il est au fait de sa gloire, à 1974 et son fameux match « Rumble in the jungle » au Zaïre), et s’intéresse moins à l’interaction entre Ali et son époque qu’à son parcours intérieur. Celui-ci est marqué par son rapport avec ses mentors (Malcolm X, notamment), sa prise de conscience sur la guerre du Viêtnam qui lui vaudra une interdiction de monter sur le ring, son arrivée en Afrique dans les années 70… Mann s’immerge là encore dans un monde nouveau, et soigne sa reconstitution, allant même comme pour Révélations jusqu’à traquer les lieux réels où s’est déroulée l’action pour y poser sa caméra. Will Smith, qui s’est entraîné pendant un an de manière intensive pour être à la hauteur, décroche le rôle de sa vie. Le film est notamment mémorable pour sa recréation du combat de 1974, devant 30 000 figurants, et son usage d’un système de mini-caméras, l’Elmocam, donnant un rendu très particulier aux scènes de boxe.

Cette plongée dans le digital est capitale pour Michael Mann : le nouveau siècle est en effet pour lui synonyme d’expérimentations, qui débutent avec une nouvelle série, Robbery Homicide Division, pour laquelle il retrouve l’acteur Tom Sizemore. Encore une fois, c’est un show policier, mais vu à travers un filtre 100 % numérique, complètement inhabituel pour l’époque. Cru, hypnotique, imparfait « RHD » est là encore un échec commercial pour le producteur, et le tournage, handicapé par l’arrestation de son comédien principal, s’arrête au bout d’une saison. Ses deux films suivants, Collateral et Miami Vice, forment les prolongations logiques de ce travail acharné sur l’image : pensé comme une série B de luxe employant Tom Cruise à contre-emploi, Collateral (2004) présente Los Angeles comme jamais auparavant. Son unité de temps (tout se déroule en une nuit) permet à Mann de filmer l’obscurité de manière révolutionnaire, grâce aux premiers modèles de caméra Red. La cavale meurtrière de Cruise acquiert une hyper-sensibilité remarquable, et pour une fois, c’est plus le scénario, qui manque d’un dernier acte plus original, qui fait défaut ici. C’est aussi le reproche adressé à Miami Vice (2006), qui actualise radicalement la série en abandonnant ses oripeaux « frimeurs », tout en lui rendant hommage à travers une histoire empruntée à plusieurs épisodes de la première saison. Crockett (Colin Farrell avec une moustache de porn star) et Tubbs (Jamie Foxx) prennent la direction du grand écran sous la houlette d’un cinéaste passé maître dans l’art de dépeindre le vertige existentiel de personnages abîmés par leurs constants changements d’identité. Trop bavard pour certains, trop déroutant pour d’autres, Miami Vice reçoit un accueil mitigé.
 

Colin Farrell et Jamie Foxx dans Miami Vice (2006)
Colin Farrell et Jamie Foxx dans Miami Vice (2006)

Un souci de réalisme intact

Les années 2000 auront été marquées par l'activité de Michael Mann en tant que producteur : Aviator (qu'il devait un temps réaliser), les films de son protégé Peter Berg (Hancock et Le Royaume) ainsi que le premier long de sa fille Ami Canaan Mann, Texas Killing Fields.

La décennie se termine avec une vraie déconvenue, le film Public Enemies (2009) où l'on retrouve Johnny Depp et Christian Bale. Là encore un film d'époque, toujours tourné en digital, toujours dans le genre policier (on y suit la traque du gangster Dillinger dans les années 30). Pourtant, cette fois la mayonnaise ne prend pas, la faute peut-être à une interprétation peu inspirée, au rendu clinique de l'image faisant ressortir le côté factice des décors, ou bien à une histoire sans surprises, ressassant les grandes figures du film de gangsters sans y apporter cette patte unique qui fait tout le prix du cinéma de Mann.

Depuis lors, le metteur en scène n'est pas revenu au cinéma, ce qui ne l'a pas empêché de faire l'événement avec une série HBO dont il est le co-créateur, Luck. Plus de trente ans après Le récidiviste, Mann a enfin eu l'occasion de diriger Dustin Hoffman, au centre de ce show explorant les coulisses du monde hippique, dans le pilote de cette série malheureusement annulée en 2012, pour cause de décès gênants de plusieurs chevaux durant le tournage. Là encore, Luck fera date par son exigence et son souci du détail parlant, une constante dans l'œuvre de ce créateur d'exception, qui a encore dans ses cartons une biographie du constructeur automobile Henry Ford, ainsi qu'un polar (what else ?) sur les extorsions de fond au sein de la pègre new-yorkaise. Vivement.
 

Dennis Farina et Dustin Hoffman dans Luck (2011)
Dennis Farina et Dustin Hoffman dans Luck (2011)



by Nick-Lass "The Male" de Born To Watch


Michael Mann et Colin Farrell sur le tournage de Miami Vice (2006)

Filmographie

- Le Solitaire (Thief, 1981)
- La Forteresse noire (The Keep, 1983)
- Le Sixième Sens (Manhunter, 1986)
- Le Dernier des Mohicans (The Last of the Mohicans, 1992)
- Heat (1995)
- Révélations (The Insider, 1999)
- Ali (2001)
- Collateral (2004)
- Miami Vice : Deux flics à Miami (Miami Vice, 2006)
- Public Enemies (2009)

Vous avez aimé ?
Le dernier Michael Mann au cinéma le 18 mars

Le dernier Michael Mann au cinéma le 18 mars

Publié le 17 mars 2015 à 09:00:00
Michael Mann et Luck dans les starting-block

Michael Mann et Luck dans les starting-block

Publié le 02 septembre 2011 à 15:36:45
Mann chez Technikart

Mann chez Technikart

Publié le 27 août 2011 à 11:18:07
Miami Vice leader des audiences sur TF1

Miami Vice leader des audiences sur TF1

Publié le 01 février 2011 à 10:15:14
Laissez un commentaire sur
Enregistrement en cours...
Pseudo *
E-mail
Site
Commentaire *
 
Calcul anti-spam *

Combien font quatre + deux ? (Résultat en lettres - Ex : neuf + huit = dix-sept)
* Champs obligatoires
Produits dérivés
 
Forum Deux Flics à Miami
 
[27/04/2017 14:21:19]
Discographie de Brian Eno
[27/04/2017 14:16:46]
Filmographie de Annette Bening
[27/04/2017 14:10:58]
Filmographie de Philip Michael Thomas
[27/04/2017 14:02:49]
Filmographie de Pam Grier
[27/04/2017 13:59:21]
Filmographie de Helena Bonham Carter
[27/04/2017 13:37:06]
Filmographie de Bill Smitrovich
[27/04/2017 13:34:07]
Filmographie de Cleavant Derricks
[27/04/2017 13:28:29]
Filmographie de Ving Rhames
[27/04/2017 13:24:35]
Filmographie de Meg Foster
[27/04/2017 13:13:33]
Filmographie de John Diehl
Vice-Radio
ViceTV
Derniers commentaires
 
[01/04/2017 23:26:26]
Sburnett sur Haut les coeurs
j'adore cet épisode surtout la video mythique rythmé par DEVO...
[01/04/2017 01:28:30]
Steamboat sur La série Miami Vice bientôt en blu ray !
Sur Amazon.com il est à 45,65$ sur Amazon.ca il est à 110$Je comme...
[01/04/2017 01:26:21]
Steamboat sur La série Miami Vice bientôt en blu ray !
J'ai acheté la série sur Amazon. Le coffret est moins ch&egra...
[25/03/2017 17:42:13]
eddy25 sur La série Miami Vice bientôt en blu ray !
Nous sommes le 25/03/2017 et on le trouve bien en vente sur Amazon et Ebay pour ...
[25/03/2017 17:35:19]
eddy25 sur Vers un reboot de Miami Vice
Je serais curieux de voir le retour de Miami Vice avec la nouvelle technologie H...
Derniers messages du forum
 
[30/04/2017 23:42:13]
Steamboat sur Les armes
[25/04/2017 01:01:38]
Steamboat sur Votre palmarès par saison
[23/04/2017 16:49:02]
johnzgrosjean sur Votre épisode préféré de la saison 3 ?
[23/04/2017 07:04:34]
Steamboat sur Votre épisode préféré de la saison 4 ?
[22/04/2017 22:18:25]
Steamboat sur Votre épisode préféré de la saison 3 ?
[22/04/2017 21:42:38]
Steamboat sur Votre épisode préféré de la saison 2 ?
[01/04/2017 01:48:41]
Steamboat sur Votre épisode préféré de la saison 1 ?
[24/03/2017 22:20:26]
johnzgrosjean 2.0 sur Votre épisode préféré de la saison 1 ?
[24/03/2017 22:15:42]
johnzgrosjean 2.0 sur Votre épisode préféré de la saison 1 ?
Retrouvez-nous sur Facebook