Y a pas de sot métier

Y a pas de sot métier

Retour à "Saison 1"
  Saison 1 épisode 15
Titre original Smuggler's Blues
Réalisateur Paul Michael Glaser
Scénariste Miguel Pinero
Diffusion originale 01/02/1985
Durée 47 min
Note 2/5 2/5

L’équipe est en planque pour coincer des trafiquants de drogue. L’objectif est de remonter jusqu’aux décideurs. Ils suivent donc un passeur qui vient d’effectuer une livraison. Une fois le petit trafiquant arrivé sur son bateau, Crockett et Tubbs se rendent compte qu’il y retient une personne en otage. Mais quand ils décident d’intervenir, le bateau explose.

Ed Waters, un agent de la DEA apprend à Castillo et ses hommes qu’au cours des 5 derniers mois, une série de massacre a eu lieu dans le milieu des petits revendeurs et de leur famille. Selon Waters, il serait possible que les responsables de cette purge soient membres de la DEA, du FBI, des douanes ou des garde-côte.

Afin d’éclaircir la question, Sonny et Rico vont se rendre à Cartagena en Colombie, et se vont se faire passer pour des trafiquants voulant monter un coup. Leur but : servir d’appat pour coffrer les ripoux. Pour se rendre sur place ils vont s’adresser à Jimmy Cole.

Une fois en Colombie, ils rencontrent rapidement les pontes locaux, et mettent leur plan sur pieds. Mais aussitôt après la prise de contact, Ricardo se fait arrêter par la police locale...

  • Richard Jenkins
  • Agent Ed Waters de la DEA
  • Jaime L. Sanchez
  • Grocero
  • Richard Edson
  • Wavey Davey
  • Ron Vawter
  • Lieutenant Jones
  • Coati Mundi
  • Tucker Smith
  • John Garcia
  • Lieutenant Todo
  • John Girard
  • Bruce
  • Raúl Martínez
  • Roberto Morales
  • Nelson Oramas
  • Sam
  • Steven Carl Griffin
  • Membre du club
  • Charles Castilla (N.C)
  • Détective
  • Bobby DeAngelo (N.C)
  • Chico Perez
N.C : Non Crédité

Glenn Frey, Smuggler’s Blues Glenn Frey, Smuggler’s Blues

Ecouter le morceau

Red Rider, Lunatic Fringe Red Rider, Lunatic Fringe

Ecouter le morceau

Les moeurs sont affectés à la surveillance de Morales Switek et Zito en planque dans le van Sur le pont de Brickell Un Offshore apparait, Morales jette un sac Morales file vers un autre bateau. Une ombre se profile dans la cabine Dans les jumelles de Crockett, une explosion Le bateau de Morales est pulvérisé Crockett ébloui par la luminosité Tubbs sidéré A l'OCB, réunion Crockett et Tubbs ont rendez-vous Castillo les rencontre avec Trudy Ed Waters est de la partie. Il présente la mission. Crockett et Tubbs se concertent Ils acceptent et remettent leurs plaques à Castillo Tubbs retrouve Tucker Smith Rico fait les présentations Tucker Smith est interrogé par les détectives Tubbs rencontre Jimmy Cole Crockett déjà fatigué par Jimmy Cole Jimmy Cole accepte le deal Tubbs dépose Trudy à l'Hôtel Trudy se fait passer pour la femme de Tubbs Avant le départ, Crockett et Tubbs assurent leur retour Tubbs, prévoyant Wavey Davey vérifie l'avion de Cole L'avion et le pilote sont prêts Crockett et Tubbs ont moyennement confiance Au décollage, Crockett est tétanisé Cartagène Déco pittoresque Crockett devant l'hôtel Un deal se prépare sous leur fenêtre Un gamin assiste à la scène Crockett assure les arrières de Tubbs Tubbs négocie avec Morales Morales joue les récalcitrants Guet-apen Fuite Crockett et Cole immobilisent leurs agresseurs Trop tard pour Tubbs Pas question d'y retourner Crockett est furieux Comment récupérer Tubbs En prison ... Tubbs est en mauvais posture Interrogatoire de la police locale Tubbs retrouve Crockett à l'hôtel Les affaires reprennent Explications Rendez-vous chez Morales QG de Morales Morales les attend Deal en cours Echantillon Test Transaction au cimetière Vérification de la marchandise Réception de l'argent Crockett, en arrière plan Le gamin les suit Prêts à décoller Le temps se brouille Ils vont couper la piste Tubbs mitraille Crockett les prend en chasse Cole lance les réacteurs L'avion s'élance Crockett, dans l'avion, in extrémis Retour sur Miami Largage de la marchandise Wavey Davey aux aguets Crockett et Tubbs récupèrent la marchandise Doublés par Wavey Davey Surprise ! Crockett en mauvaise posture "On a embarqué ta femme à son motel" Arrivée d'un invité innatendu Jimmy Cole, armé Fusillade Jimmy est touché Où est-elle ? Wavey Davey contraint de collaborer Une piste Trudy est repérée Le mobil Home, piégé Gina est volontaire Sam investit le site Crockett assure sa couverture Trudy est ligottée sur une bombe Baillonnée Crockett progresse Sam le suit Switek assure la liaison téléphonique Castillo prend le relai Sam expose la situation, Crockett tente de calmer Trudy A distance, l'équipe est sur les nerfs Crockett et Sam s'organisent Sur le pont de Brickell Tubbs lance le sac et saute du pont Crockett et Sam progressent pour libérer Trudy Tubbs tente de maitriser l'instigateur Un geste et tout explose Sur le pont, les renforts Sur la rive, Zito Tubbs négocie En vain Le mobil-home explose Dans l'oreillette, une voix familière C'est le lieutenant ! L'équipe est sidérée L'argent, le nerf de la guerre Trudy, choquée
07/04/2011 09:01:11 Mike010

Starsky a réalisé cet épisode????

En regardant, ''Y a pas de sot métier'', en tout début dans les titres, il est écrit que cet épisode a été réalisé par Paul Michael Glaser (directed by ).... qui est plus connu pour son role dans la série Starsky et Hutch

07/04/2011 10:05:41 L'Argentin

L'erreur est corrigée ! Merci de nous l'avoir signalée.

11/12/2012 22:26:31 ZAQ178

Lors de la deuxième convention, Olivia Brown nous a confié une anecdote relative à la fameuse scène de la bombe.
Alors qu'elle était ligotée et baillonnée, l'équipe de tournage l'a complètement oubliée ... et est partie déjeuner. A leur retour, elle était tellement furieuse que personne n'a voulu l'a détacher, estimant (à raison) qu'elle refuserait de tourner la scène. Ils ont donc enchainé en la laissant maugréer dans son baillon.
Ceci explique peut-être le tremblement de la "jambe de rêve" qui inquiète tellement Sam : pour Olivia Brown ce n'était pas de la peur, mais de la rage !

18/05/2014 13:59:33 SILVETEA

Paul Michael GLASER est le réalisateur que je préfère dans la série. Pourquoi? Il a ce qu'on appelle une maîtrise d'une technique, le synchronisme de mise en scène. C'est la capacité à faire des plans séquences (même minime) sous forme de travelling avant, ou panoramique, en gardant une logique dans dans la composition du plan ou les déplacements des personnages. Par exemple la rencontre avec l'agent de la CIA Ed Waters dans l'entrepôt abandonné à 5 min 40 sec. De même que le champ contre champ à 5 personnes. Ça paraît simple, mais ça demande une énorme préparation en repérage des lieux, story-board, découpage technique et surtout en raccord lumière. Le tout en prise de son direct. Respect. Dans un film français je n'ai jamais vue cela encore.
En prime une splendide interprétation de Glenn FREY le fondateur des "Eagles" (Hotel California).

18/05/2014 14:16:29 SILVETEA

Le film est également écrit par Miguel FERRERO l'interprète de Esteban Calderone.

J'essaie de faire des commentaires pas trop technique, mais je suis tellement admiratif de l'inventivité sur l'utilisation des outils de mise en scène. Collectionneur de série télé, pour moi Miami Vice est l'équivalent des films de Hitchcock pour le cinéma. On a plus fait les séries et les films de la même façon après eux. Regarder des séries comme "Jusified" de Graham YOST, "Revenge" de Michael KELLY, "Person of Interest", "Revolution" de JJ Abrahams, "24" créé par Joel Surnow qui comme par hasard était un des scénaristes formé sur "2 flics à Miami".

Ces séries ont en commun d'avoir développé la même méthode de travail que sur "miami vice".

20/05/2014 10:15:54 L'Argentin

Petite correction SILVETEA, il ne s'agit pas de Miguel FERRERO, mais de Miguel PINERO... Probablement une confusion avec Martin FERRERO, alias Izzy ! ;-)

En tout cas, merci pour ta participation !

Laissez un commentaire sur Y a pas de sot métier
Enregistrement en cours...
Pseudo *
E-mail
Site
Commentaire *
 
Calcul anti-spam *

Combien font deux + quatre ? (Résultat en lettres - Ex : neuf + huit = dix-sept)
* Champs obligatoires
Produits dérivés
Vous avez aimé ?