Miami Vice : une découverte tardive

Miami Vice : une découverte tardive - Paroles de fan

Retour à "Articles"

Je suis né en novembre 1980. Je n'avais pas encore 4 ans quand Miami Vice a débarqué sur les écrans américains, et pas encore 6 quand Antenne 2 a commencé la diffusion en France. Alors contrairement à de nombreux fans, je ne peux pas dire que j'ai grandi devant la série Deux Flics à Miami, et encore moins fantasmé sur les playmates en bikinis que l'on pouvait voir dans certains épisodes. Non. Pour moi, la découverte a été tardive... Et elle s'est faite grâce aux rediffusions télévisées, et en particulier celle sur RTL9, à la fin des années 90 (en 1999 pour être très précis).

Je peux donc dire sans difficulté qu'il y a eu un avant, et un après Miami Vice. Et aujourd'hui quand j'y repense, ma vision de la série avant de l'avoir réellement découverte, était... amusante. Peut-être assez naïve et instinctive, puisqu'il s'agissait d'une vision issue de mes très jeunes années... Certains s'y retrouveront peut-être.

Tubbs - On connaît la musique (1986)

A l'époque (en 1999), on peut le dire, je ne connaissais la série que de nom, me rappelant vaguement que mes parents l'avaient regardée à l'époque d'Antenne 2 (mais était-ce réellement le cas...). Je ne savais clairement pas de quoi elle parlait. Etrangement ou pas, j'associais essentiellement la série l'un de ses personnages principaux : il s'agissait d'un flic afro-américain, qui avait perdu sa femme dans une explosion. Et c'est, très précisément, cette image de Tubbs, voyant la voiture d'Angelina exploser, qui définissait le personnage et même carrément la série. Un homme choqué, seul, et globalement triste en amour.

Sonny Burnett (1988)

Cette image que j'avais de la série s'est estompée après avoir regardé la majeure partie des épisodes sur RTL9. Un premier visionnage, qui m'a permis de faire mon "éducation". J'ai surtout appris à connaître l'équipe au final. Je ne me rappelle plus exactement ce que j'avais pu voir ou pas à l'époque. Je sais que j'avais été marqué par Calderone, par la mort de Zito, et aussi par la trilogie Burnett (fin saison 4, début saison 5). Particulièrement par la trilogie Burnett. C'est d'ailleurs l'image qui m'est resté de la série pendant quelques années après. Je suis donc passé de l'image de Tubbs malheureux à celle du flic qui devient trafiquant après avoir perdu la mémoire. Pas gai ! Quoiqu'il en soit, j'étais accroché. Et si, à l'époque, je ne me définissais pas comme fan, j'y suis resté suffisamment attaché pour sauter sur le coffret DVD de la saison 1 quand il est sorti ! Et là, a vraiment commencé mon parcours de fan.

Un parcours qui a d'abord consisté à se procurer (par cadeau ou par moi-même) toutes les saisons en DVD. Classique ! Qui dit avoir les coffrets dit, les regarder, bien sûr ! Nous sommes maintenant en 2008. Tous mes amis savent que j'apprécie particulièrement la série. Lors d'une soirée, la discussion arrive sur le sujet, et ils commencent à me poser des questions auxquelles je n'ai pas de réponse. Réflexe : cherchons sur internet ! Il doit bien y avoir un site français sur le sujet ! Google est généralement notre ami, mais pas cette fois-là ! Choux blanc ! C'est ce soir-là qu'a germé dans mon cerveau l'idée de créer un site dédié à la série. Et il se trouve que ça tombe bien, mon boulot, c'est de créer des sites internet ! Ca devrait être une partie de plaisir ! Me voilà donc lancé. En septembre, j'achète le nom de domaine "DeuxFlicsAMiami.fr", et en janvier 2009, c'est fait, j'ouvre le site au public !

A cette époque, pour moi, la création des différents contenus du site devait prendre quelques mois tout au plus... Cela fait maintenant 8 ans que j'y travaille, et c'est très loin d'être terminé ! Certains diront : "Quelle galère !". Moi je dis : "Quelle chance !". Grâce à ce site, j'ai rencontré des gens formidables, fans et acteurs de la série, que je n'aurai jamais rencontré autrement.

Convention Miami Vice - 2012

A l'heure d'apporter mon témoignage dans cette série d'article, je me suis remémoré mon parcours de fan. Et c'est comme ça, que m'est revenu ma sensation originelle sur la série. Ce Tubbs malheureux en amour... Avec le chemin qui a été le mien sur ce sujet (que je connais pas trop mal, mais au final pas aussi bien que je le voudrais), je me suis demandé ce qu'il en était réellement de ce sentiment "instinctif". Dans mon analyse, j'ai voulu savoir d'où venait ce sentiment. J'ai demandé à mes parents s'ils avaient vraiment regardé la série quand j'étais enfant, pour savoir si par hasard, je n'aurai pas capté de façon inconsciente ces images... Et c'est avec surprise que ma mère m'expliqua que, oui ils avaient regardé la série à l'époque et qu'ils avaient suivi la diffusion de façon assez assidue... Voilà pour le premier mystère. Seconde question : après visionnage intégral, et 8 ans de travail sur ce site, que reste-t-il de ce sentiment ? Tubbs est-il réellement malheureux ?

Ce n'est pas une lecture aisée. Encore une fois, je n'ai commencé à y réfléchir que pour ce témoignage, mais plus j'y pense, et plus ça fait sens. A mon avis, Tubbs est profondément seul. Il n'a pas de femme, pas d'enfant (du moins le croit-il), juste sa voiture... Voit-on seulement jamais là où il vit ? On voit sans cesse le bateau de Crockett, on voit la maison de Gina, celle de Switek, celle de Zito (en flamme), même celle de Castillo ou Trudy ! Celle de Tubbs, jamais. Le gars est déraciné. Il vient de New-York. On ne voit jamais sa maison, comme si en fait, il était destiné à rentrer à New York à la fin, quoiqu'il arrive. Et c'est ce qu'il finit par faire...

Tubbs - On connaît la musique (1986)

Mais si on y regarde de plus près, ses collègues de bureau ne sont pas spécialement plus heureux dans la vie ! Les personnages principaux sont profondément seuls. Tous. Crockett est divorcé, puis veuf. Son fils part vivre loin. Il est seul ! Gina : seule ! Trudy : seule ! Switek et Zito... Switek quitte sa compagne, en partie à cause de son pote, qui finit par mourir ! Castillo : seul ! Miami Vice, au final, c'est l'histoire de personnes seules, qui s'investissent à fond dans leur boulot parce qu'en dehors de ça, il n'ont plus rien. Elle est loin la vision idylique des plages, des filles en bikini, des belles bagnoles et du bling-bling ! Bref ! Au final, l'analyse instinctive de l'enfant que j'étais s'avèrait assez juste. Elle n'avait juste pas perçu la solitude de tous les personnages, chacun à leur manière...

Aujourd'hui, Miami Vice est au coeur de ma vie. Parfois un peu moins, parfois un peu plus. J'en ai conscience, bien différemment de beaucoup de fans. Paradoxalement, je ne regarde plus tant que ça les épisodes. Mon travail sur le site m'incite à me focaliser sur des détails faisant la série, ou des informations qui y sont plus ou moins liées.

Ces temps-ci, je ressens vraiment ce besoin de me recentrer sur les épisodes. Les regarder sans arrière-pensée. Oui, ça serait bien. Sans arrière-pensée.

Il faudra que je trouve le temps.

 

by L'Argentin

Publié le 13 novembre 2016 à 17:00:11
13/11/2016 21:03:42 Zaq178

J'aime beaucoup ton analyse et cette nouvelle façon de voir la série.

Et remercie tes parents pour nous : sans eux ce site et cette photo de groupe n'existeraient sans doute pas ;-)

Laissez un commentaire sur Miami Vice : une découverte tardive
Enregistrement en cours...
Pseudo *
E-mail
Site
Commentaire *
 
Calcul anti-spam *

Combien font cinq + deux ? (Résultat en lettres - Ex : neuf + huit = dix-sept)
* Champs obligatoires